Les grottes de Waitomo

On t’en a parlé dans notre article « On a exploré des grottes à la recherche de vers luisants », les fameuses grottes de Waitomo ! Pour compléter le récit de nos aventures, on t’a préparé un récap en quelques points, pour mieux comprendre ce phénomène naturel un peu fou !

 

Waitomo, une ville installée sur un gruyère de tunnels

 

Instant histoire

Il y a 30 millions d’années, la Nouvelle-Zélande reposait au fond de l’océan. Cette pépite de nature n’existait pas encore. Les dépôts de sédiments, compressés par la pression de l’eau, ont conduit à la formation de calcaire. Les tremblements de terre ont fendu la roche et l’eau s’est infiltrée, créant des grottes et des tunnels souterrains dans différentes régions du pays.

 

Instant culture

En langue Maorie, le mot “wai” veut dire eau et un “tomo” est une cavité. Telle est la signification de Waitomo : de l’eau passant par un trou. Ça donne une idée du paysage sous terrain qu’on peut trouver sous la petite ville de Waitomo. En tant que telle, la ville n’a rien d’exceptionnel, mais les locaux ont su exploiter le potentiel touristique du site dès le début du XXème siècle.

 

Instant business

Explorées pour la première fois en 1887 par le chef maori local Tane Tinorau, accompagné de l’anglais Fred Mace, les grottes sont rapidement devenues une attraction incontournable du pays. Si les Maoris connaissaient l’existence des grottes, les cavernes souterraines n’avaient jamais été explorées de manière approfondie jusqu’à ce que Fred et Tane décident de s’y aventurer. En 1889, Tane Tinorau ouvra la grotte aux touristes. En 1906, l’administration de la grotte a été reprise par le gouvernement.

 

 


Quelques chiffres

300 : le nombre de grottes connues dans la région de Waitomo.
9,500  : le nombre d’habitants à l’année dans la ville de Waitomo.
500,000 : le nombre de visiteurs  accueillis chaque année dans la ville.


 

Waitomo, THE place to be pour observer les vers luisants

Quel que soit le mode d’exploration qu’on choisira, du plus tranquille au plus téméraire, la découverte des grottes de Waitomo conduit toujours à la même béatitude : la découverte des vers luisants. Ces petites bestioles, accrochées aux plafonds du labyrinthe sous terrain émettent une lumières bleutées ou blanchâtre, selon la perception de chacun, et siègent par milliers, surplombant des filaments de soie.

 

Si tu veux tout savoir, clique sur les infos ci-dessous

 

1. C'est quoi au juste, un « glow worm » ?

Un ver luisant correspond en fait au stade de larve dans le cycle de vie d’un insecte à deux ailes, ressemblant a un gros moustique. Le vers pousse jusqu’à mesurer la taille d’une allumette et ressemble un peu à un asticot. Il y a beaucoup de types de ver luisant.


2. Oeuf / Larve / cocon / adulte

Les vers luisants ont un cycle de vie d’environ 11 mois, qui se divise en 4 étapes. Le stade larvaire est la phase la plus longue de la vie des vers et dure environ neuf mois. Il se transforme ensuite en nymphe dans un cocon, tel un papillon, et émerge comme un insecte volant à deux ailes, tel un gros moustique.

Une fois adulte, le vers luisant ne vit pas plus de 4 jours car il n’a pas de système digestif : il ne peut donc pas manger. Désireux de mettre a profit sa courte existence, il passe donc 48h sur les 96 que constitue sa durée de vie à… s’accoupler. Fun fact, le membre reproducteur du vers luisant fait plus de la moitie de sa taille. C’est les femelles qui sont contentes…

3. Pourquoi brillent-ils ?

Pas vraiment les bestioles les plus vigousses au monde, les vers luisants ont dû innover pour pouvoir se nourrir. Idée brillante (#jeuxdemot), ils génèrent de la lumière pour attirer leurs proies : ces dernières, pensant entrevoir la sortie de la grotte, et foncent droit vers la lumière. Malinous, les vers luisants ont préalablement produit des filaments de soie, comparables à ceux des araignées pour leurs toiles, qu’ils laissent pendre du plafond vers le sol. Tu l’auras compris, le pauvre insecte pas fute-fute qui se sera rué vers la lumière sera pris au piège et deviendra le repas du ver luisant. Si leur technique ne fonctionne pas top top, ils se dévorent entre eux. C’est petit, c’est mignon, mais c’est un peu cannibale, aussi.


4. Pourquoi leurs lumières sont-elles plus intenses quand on fait du bruit ?

On l’a vécu pendant notre aventure, quand le guide a frappé violemment sa bouée contre l’eau à trois reprises : les vers luisants se sont mis à briller, fort. En réalité, ce n’est pas le bruit qui encourage les vers à émettre plus de lumière, mais les vibrations perçues. En les ressentant, les vers pensent qu’une proie vient de toucher ou d’effleurer leurs filaments, c’est donc un repas probable qui rode ! Ils émettent alors davantage de lumière pour attirer ladite proie, feintant une possible lumière du jour, synonyme de sortie. C’est donc un mécanisme de chasse.

5. Cycle de la vie... manger ou être mangé

Une femelle pond environ 120 petits œufs. En l’espace d’une vingtaine de jours, les jeunes larves éclosent des œufs et rampent. Les larves n’étant pas en mesure de chasser leur nourriture au début de leur vie, elles finissent par dévorer leurs pairs pour survivre : ainsi, sur 120 œufs, seule une trentaine atteint l’age adulte.

 

Une galaxie bien étrange, à quelques cm de nos têtes. On a l’impression d’être à portée de la voie lactée : un vrai ciel étoilé se tient à quelques centimètres de nos têtes, dans une obscurité totale. On a bien envie de toucher ces étoiles… sauf qu’elles sont vivantes, et plutôt gluantes !

 


 

Pour en savoir plus sur ce phénomène incroyable, je t’invite à lire l’article de Pierre Jolivet :
Les vers luisants de la Nouvelle-Zélande, quand un rêve se réalise.

 


 

Poster un Commentaire

Pas encore de commentaires... tu te lances ?

error: Uh oh ... contenu protégé !