Pouakai Circuit – Mont Taranaki

Randonnée classée parmi les plus populaires du Egmont National Park, le Pouakai Circuit est une boucle de deux jours réputée pour la diversité de ses paysages et ses superbes points de vue sur le Mont Taranaki, ce volcan aux traits si singuliers.

 

Infos pratiques

Difficulté :

Coup de coeur :

Région : Egmont National Park, Taranaki

Durée moyenne : 2 jours (1 nuit à la Pouakai hut)

Distance : 25km [J1 – 12km / J2 – 13km]

Retour point de départ : Oui

Dénivelé + : 1092m [J1 – 348m / J2 – 744m]

Dénivelé – : 1166m [J1 – 200m / J2 – 966m]

 

Les infos utiles pour la randonnée

ACCÈS:  Le début de la randonnée se fait depuis le Visitor Centre de l’entrée Nord du Egmont National Park (North Egmont), à 29km au Sud de New Plymouth (environ 30 minutes en voiture). Point intéressant : le Visitor Centre autorise les vans Self-Contained à passer 4 nuits maximum sur leur parking, au pied du départ de la rando (Toilettes 24/7 et vue imprenable sur le Mt Taranaki garantie !). Plutôt pratique si vous souhaitez attaquer votre rando tôt le lendemain ! Attention cependant, il n’y a pas de poubelles là-haut, pensez à bien conserver vos déchets dans votre véhicule.

AVANT DE PARTIR :  Renseignez-vous bien sur la météo du Egmont National Park pour les jours que vous visez, car le temps autour du Mt Taranaki peut changer très vite et transformer votre belle rando en calvaire humide et sans visibilité. Le circuit de deux jours prévaut surtout pour ses points de vue sur le Mt Taranaki donc ce serait dommage de ne rien voir…

N’oubliez pas d’acheter vos tickets pour votre nuit dans la hut (15$/pers.) ou votre emplacement de tente (5$/pers.). Les tickets peuvent être achetés au i-Site ou encore au magasin Macpac de New Plymouth. Pour info, la règle pour cette hut est premier arrivé, premier servi. Donc si vous ne voulez pas dormir par terre dans la pièce commune, arrivez assez tôt !

DANS LE SAC : Le nécessaire de rando pour deux jours, du miam-miam, votre réchaud car il n’y a rien dans la hut pour faire chauffer. Des pilules pour traiter l’eau, car ils ne la traitent pas à la hut (eau de pluie principalement). Pas un grand risque sanitaire si vous ne la traitez pas mais au cas où, pour les estomacs fragiles 😉


POUR PLUS D’INFO SUR LA RANDO : ON CLIQUE ICI !


Le parcours
 Jour 1

Le sentier commence derrière le Visitor Centre, il faut suivre les panneaux Holly Hut Track. Une longue ascension dans la forêt commence alors. Après quelques 20 bonnes minutes, on sort enfin la tête de la verdure pour un premier beau panorama sur le sommet du Mt Taranaki et la vallée.
Le chemin se poursuit alors vers la droite, pour prendre une belle horizontale ascendante autour des « drapés » du Mt Taranaki.

Après peut-être une bonne heure à tourner autour du Taranaki, on aperçoit enfin le Ahukawakawa Swamp vers lequel il faut entamer la descente. La descente est assez casse-patte car ponctuée de marches en bois mais ça se fait vite. S’en vient ensuite la traversée du marécage, toujours sur de longues traverses en bois, pour ensuite remonter de l’autre côté sur une crête.

L’arrivée à la Pouakai Hut se fait rapidement après la dernière ascension. La hut est bien entretenue ; il y a deux dortoirs, des toilettes sèches à l’extérieur et une terrasse avec une belle vue sur New Plymouth.

Conseil #1 : si le temps est avec vous, prenez votre appareil photo, et marchez 20 minutes après la hut pour arriver au fameux Pouakai Tarn, ce petit étang bien connu des photographes pour son splendide effet miroir du Mt Taranaki.

Conseil #2 : si vous ne souhaitez pas vous cogner 2 jours de rando pour voir le Pouakai Tarn, il est accessible via un chemin à la journée, la Mangorei Track (seulement 2-3h de marche pour arriver au Tarn).

 

 

• Jour 2 • 

Il faut remonter un peu au-dessus de la hut pour reprendre le chemin. Le Pouakai Tarn ne tarde pas à montrer le bout de son nez. Croisez les doigts pour le temps soit dégagé car c’est assez fantastique ! Le chemin descend ensuite à travers une verdure dense mais à taille humaine, avant de remonter assez fort pendant 15/20 minutes jusqu’au Henry Peak (1224m). Échelles et marches au programme ! De là-haut, la vue sur le Mont Taranaki et le Ahukawakawa Swamp est très chouette (surtout si vous ne l’avez pas vu le jour précédent).

 

 

Lily n’était pas hyper enthousiaste à l’idée de traverser le premier pont de singe…

À peine arrivés en haut qu’il faut déjà redescendre beaucoup plus bas, jusque dans la forêt. La descente depuis le Henry peak se fait très rapidement, on perd vite en dénivelé. Là encore, pas mal de marches tout le long de la descente. C’est assez pénible et casse-pattes, d’autant plus que les pluies récentes ont pas mal raviné le terrain ; il faut s’aider de ses mains à plusieurs reprises, malgré les marches en bois.

En fond de vallée, on passe par deux ponts de singe assez fun (sauf pour ceux qui ont le vertige…). La fin du parcours jusqu’au Visitor Centre s’est faite par la route sur 2km pour nous, car la fin du sentier était fermée pour cause d’entretien. Une fin assez pénible en somme, en plein cagnard, sur une petite route en lacet empruntée par les voitures qui ne ralentissaient pas forcément.

On en a pensé quoi ?
On a aimé ! Mais c’était pas bien parti…

Le premier jour de marche ne nous a rien laissé entrevoir, que ce soit du Mt Taranaki ou de la vallée. On a littéralement marché dans le brouillard et sous les averses tout le long. Dommage quand on sait que les points de vue sont beaux et surtout omniprésents (une fois au-dessus de la forêt). Je me souviens encore de Lily ce jour-là qui ne cessait de rabâcher d’un air désespéré : « 0 sur 5 cette rando moi je te le dis ! ».
C’est vrai que le premier jour ne nous a clairement pas convaincu. Même à l’approche du Ahukawakawa Swamp, il n’y a pas eu l’effet wahou car tout était bouché. L’arrivée à la hut, propre et avec son gardien bien accueillant Zane, nous a un peu remonté le moral (on était surtout content d’avoir terminé je crois).

 

 

Puis sur les bons conseils de Zane, nous sommes allés voir le Pouakai Tarn sur les coups de 15h30. Le temps semblait se dégager, alors pourquoi ne pas tenter d’aller prendre quelques photos du Mt Taranaki, s’il voulait bien enfin se découvrir cet ostie ? Et quel bonheur quand nous sommes arrivés et que les nuages ont commencé à se dissiper ! Splendide vue sur le Taranaki, avec un superbe reflet dans l’eau du Tarn. Nous sommes restés jusqu’à ce que le soleil passe derrière la montagne tellement l’endroit était magique. Et la cerise sur le gâteau : nous étions complètement seuls !

Le second jour était un peu plus dégagé que le premier mais les nuages sont pas mal restés accrochés au sommet du Taranaki. On avait bien fait d’aller au Tarn la veille ! La fin sur la route sinueuse jusqu’au Visitor Centre nous a pas mal blasé et coupé les pattes, dommage !

 

On aurait aimé plus de « nature » et moins de chemins

C’était notre première « vraie » rando longue en NZ et j’avoue avoir été assez surpris de retrouver des traverses en bois et des marches un peu partout sur le chemin durant ces deux jours. On sent bien que le DOC souhaite protéger les espaces naturels en forçant les gens à rester sur un chemin bien tracé. Dans l’absolu je ne peux qu’encourager cela, mais je trouve quand même que trop d’aménagement « gâche » un peu l’expérience et le côté nature de la rando. Quand on est habitué aux beaux sentiers sauvages des Pyrénées, je dirais qu’il faut un certain temps pour s’acclimater à tout ces chemins « artificiels ». Mais bon, ça ajoute quand même un petit effet sympa sur les photos !

 


En conclusion, on aurait pu mettre plus que 3/5 à cette rando si le premier jour nous avait offert de beaux points de vue. Malheureusement, c’est ça aussi la rando, on ne sait jamais ce qui va nous attendre là-haut !


 

error: Uh oh ... contenu protégé !