Wellington côté nature : une belle phase d’approche

 

Wellington, comme ça, ça nous évoque la capitale du pays, ses bières, ses terrasses bondées, la foule… mais Wellington c’est aussi une région ! Avant d’atteindre la ville, on découvre les environs, bien plus verts et sauvages. L’occasion pour nous de vivre ce qui reste à date notre plus beau lever de soleil.

 

La folie des phares : le retour
Castlepoint : quand ta rétine n’en peut plus de tant de beauté.

Pour atteindre le phare de Castlepoint, il faut le vouloir : on sort de l’axe principal qui descend vers le Sud et on entame une route un tantinet sinueuse qui nous conduit sur la côte. Une fois arrivés, il fait presque nuit et le vent souffle assez fort pour nous passer l’envie de sortir du van. On s’installe sur le parking réservé aux véhicules self-contained, juste au pied du phare, c’est le grand luxe ! On s’endort en sachant que la nuit sera courte : alarme programmée pour 4 heures du matin. Outch.

 

TROIS PHOTOS, TROIS LUMIÈRES, TROIS AMBIANCES :

 

Le réveil est difficile : ça caille et le vent n’a pas cessé pendant la nuit. On s’équipe : couverture, coupe-vents, thermos, petit déjeuner frugal, matos photos… on se dirige vers le phare pour le dernier lever de soleil de l’année. On se réjouit de ne croiser personne ni sur le chemin, ni au pied du phare : on aura ce spectacle pour nous tout seuls !

Le lever du soleil est splendide. Les lumières incroyables. Le phare et les environs passent par toutes les couleurs chaudes : du jaune pale à l’apparition timide des premières lueurs au rose-orange selon les nuages. On prend plus de photos que de raison, et on enchaîne les « waouh nan mais t’as vu là-baaaaaaaaas ?? » et autres « nan mais regarde, regaaaaaarde ! Arrête de regarder fait une photooooooo ! ». L’année se termine en beauté, des étoiles plein les yeux et des souvenirs qu’on gardera longtemps en têtes.

Quelques minutes avant le départ, Romain profite de la marée favorable pour aller explorer une cavité sous le phare. Pas franchement fan des grottes, je lui laisse l’appareil et l’attends au chaud dans le van. J’aurai aimé garder l’appareil pour immortaliser sa face à son retour : pas d’exploration matinale pour lui, la faute à un gros phoque peu enclin à le laisser passer !

 

 

Cape Palliser : encore un phare, ouiiiiii !

Celui-ci on ne le vise pas pour le lever du soleil, mais pour son esthétique : avec ses rayures rouges, surplombant l’océan du haut de son promontoire rocheux, il est trop photogénique pour qu’on le loupe !

Pour la petite histoire, c’est le point le plus au sud de l’île du Nord ! Il tient son petit nom de James Cook qui l’a baptisé ainsi en l’honneur de Hugh Palliser, Amiral de la Royal Navy. Sympa le poto !

 

Pas question d’atteindre le pied du phare en voiture : on teste le cardio avec les 250 marches qui le séparent de la plage, hop hop hop ! On est chanceux avec un ciel bleu parfaitement dégagé, et personne au sommet : on est arrivés entre deux vagues de touristes. Une fois au pied du phare, la vue sur la baie de Palliser est splendide et on comprend l’utilité du phare : des rochers se détachent de l’horizon bleu sur plusieurs centaines de mètres. Au gré des vagues on distingue les pics rocheux, responsables d’une vingtaine de naufrages durant le XIXe siècle.

 

Avant de quitter la baie, on se balade sur la plage à la recherche de phoques : une colonie a élu domicile dans le coin depuis des années et coule des jours heureux à se faire dorer la pilule… tant que les touristes ne les approchent pas trop près pour des selfies debiles photos (la règle des 20 mètres de distance n’est à priori pas assez claire malgré les panneaux omniprésents…).

 

Putangirua Pinnacles : sur les traces d’Aragorn

Site bien connu des fans de la trilogie du Seigneur des Anneaux, les Putangirua Pinnacles sont un arrêt incontournable quand on est dans la région. Le site semble sorti tout droit d’un studio de cinéma avec ses formations tantôt rocheuses, tantôt argileuses ou sablonneuses. Le ruissellement naturel de l’eau a creusé le paysage de façon spectaculaire : on a préféré la vue depuis le bas des Pinnacles que depuis le promontoire en hauteur, qu’on a trouvé moins impressionnante.

 

 

Tu veux voir plus que nos photos ? Pour te rafraîchir la mémoire, voici la scène du film Le Seigneur des anneaux – Le Retour du roi :

 

En bref ?

Si cette première approche dans la région de Wellington n’est que l’apéro, on a hâte de passer au plat principal en découvrant la ville de Wellington ! On a terminé 2017 / commencé 2018 plutôt fort avec des découvertes plus belles les unes que les autres, grâce notamment à une météo des plus favorables. On est enfin pleinement dans notre voyage, on a pris nos marques dans notre quotidien et on trouve notre rythme de voyage en duo : en bref, on kiffe.

 


Pour la galerie de Wellington, c’est ici qu’il faut cliquer !

La prochaine étape ? On découvre Wellington côté ville !